22/06/2004

City of Angels et 15.000...

8 clicks et nous arrivons au 15.000ème avec sa bouteille...
Et éventuellement mon corps et mon âme héhéhé... (qui osera réclamer son dû ;-)
 
City of Angels à la tv ce soir...
J'ai beau revoir ce film, j'ai beau l'avoir vu x fois, j'ai beau me shooter à la B.O. qui est plus que magnifique (indescriptible, même), j'arrive toujours à verser une larme à la fin...
Foutue sensibilité...

Perdre quelqu'un que l'on aime alors que justement, on arrivait enfin à se rejoindre...
de mauvais souvenirs...
des souvenirs qui laissent un goût amer dans la gorge...
de quoi maudire le destin...
de quoi crier de rage, de désespoir, un peu comme lorsque l'on perd son enfant...
 
"Un tas de cendres par terre, le vent a tout emporté,
Quelques gouttes de pluie, une encre noire qui coulait,
Ce qui était un rêve est parti, on meurt, on naît..."
 

Petite rencontre fortuite il y a 2 jours... ca sms ce soir...
Dans tous les sens, encore une fois, une charmante madame avec un monsieur qui n'est jamais la, et qui a autant de délicatesse et d'écoute qu'un désert possède de nappes phréatiques...

Et encore une fois... le meilleur ami, probablement...
Le pire, c'est que je le prends avec le sourire... à force, par habitude...
Parce que finalement, c'est un bon rôle... d'un coté, on ne perdra pas l'être aimé

Nouvel album de muse, et cicatrices...
Pensées, souvenirs... liés, au film, à cette situation, à des moments vécus...
Envie de prendre cette clé, d'aller rouvrir certaines armoires, certaines malles,

Envie de prendre cette autre clé, de m'installer devant ce grand piano noir que j'ai délaissé depuis longtemps...
De fermer les yeux, de me laisser aller...
Au son de la musique, cristaline, mélodie qui envoue mon âme, qui me fait partir loin de ce monde, qui fait vibrer et touche l'être tapi au fond de moi...

Un être sombre lié à son piano, où douleur, colère, souffrance, et solitude s'évanouissent au fil...

Au fil de ces doigts qui caressent ce clavier, dans un rythme frénétique...
Au fil de mon âme, qui dans toute forme d'art, peu importe sa valeur, s'envole loin de ce monde...
Peut être est-ce moi... cet être...
 

01:44 Écrit par SneakWind | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

15003 je crois que le 15000eme a peur de toi frank
il se cache ;)
bonne journée a toi
bizz

Écrit par : someone | 22/06/2004

sauvez le monde huit cliks plus tard, je passe, c'est déjà huit clicks trop loin, trop tard pour t'aider
à sauver le monde

Écrit par : xian | 22/06/2004

Comme ça simplement pour te faire un petit coucou.
Bonne journée

Écrit par : englishbob | 22/06/2004

Nein nein Grâce aux stats et à l'heure, on sait dire qui a gagné mais si le vainqueur décide de rester anonyme, je respecte son choix :-)
(note : dommage, y'avait la bouteille de champagne ;)

Écrit par : Frank | 22/06/2004

... Ah bein non, c'était pas moi! Zuuuuuuuuuuuuut!!! Vais pas pouvoir cuver!

Écrit par : Oli | 22/06/2004

tite larme de compassion C'est trop rare , et donc trop beau un homme qui verse une tite larme ...c'est même mieux que lorsq il pleure infiniment ....car on reconaît par cette unique goutelette toute la force et la tendance de l'homme à vouloir être brave et à se montrer fort, alors que ....de temps à autre, il est proche d'une sensible personne...p-e de sa moitié : la femme

j'ai justement évité ce film, pour pas pleurer ....tte façon, je pleurs assez ainsi ...et sans film !

ne délaisse pas le piano .....(comme moi qui est laissé mes chers Chopin et Beethoven depuis 1an et 3mois déjà ....ils me manquent )

Bizz, lol, j'adore ta façon d'écrire

Écrit par : Absintheae | 22/06/2004

Les commentaires sont fermés.